Pourquoi être heureux quand on peut être normal?

Drôle de titre pour ce livre traduit de l’anglais, publié en France en 2012, écrit par Jeanette Winterson.

Il s’agit d’un récit autobiographique mais pas chronologique, à la fois grave et fantaisiste, très agréable à lire.

Le titre est la phrase même que sa terrible mère adoptive lui dit au moment où, alors qu’elle est encore au lycée, elle quitte la maison.

Les années 60 dans un milieu ouvrier de la région industrielle de Manchester, l’hyper présence de l’égise pentecôtiste d’Elim avec la Fin des temps en guise d’avenir, la solitude en famille et en dehors.

Ce qui va la sauver, ce sont les mots, les mots des livres de la bibliothèque, car les romans lui sont interdits chez elle, puis les mots des livres qu’elle va écrire.

Quel est le rapport avec le REV ?

Tardivement dans le livre J.W écrit :  » J’entends souvent des voix . Je sais bien qu’avec cette déclaration, on aura tôt fait de me ranger dans la catégorie des folles mais je m’en moque un peu . Si vous croyez comme moi que l’esprit cherche toujours à se guérir et que la psyché préfère la cohérence à la désintégration, alors on peut facilement en conclure que l’esprit fera tout le nécessaire pour mener à bien sa mission. »

C’est le point de départ de la partie la plus intime du livre qui touche à son origine, à l’enfant perdue en elle, à la lutte pour retrouver son intégrité psychique.

Claude Newton

Nos prochains rendez vous

Groupes EV « Entendeurs de voix »

Samedi 15/10 à 11h00

Samedi 12/11 à 11h00

Samedi 10/12 à 11h00

 

Groupe EVA :  » Entendeurs de voix et alliés »
(entendeurs de voix et leur famille, accompagnants, soignants)

Samedi 22 octobre à 11h00 (pour ceux qui ne seront pas aux journées mondiales à Paris !)

Samedi 26/11 à 11h00

Samedi 7/01/2017 (à confirmer)

 

Réunion associative du groupe REV de Grenoble

Samedi 22 octobre à 12h00 (après la réunion EVA)