Rock à l’hosto

Lors d’une tournée en 1978,  The Cramps créent l’un des plus étranges moments de l’histoire à la fois du Punk Rock mais aussi de la psychiatrie en donnant un concert à l’intérieur du « Napa State Mental Hospital ».
Même s’il est difficile de croire que ceci s’est vraiment passé et que l’histoire ressemble plus à une légende du rock, il y a pourtant quelqu’un qui a filmé le concert.


Comme pour le concert historique de Johnny Cash, joué une décennie plus tôt à la prison de San Quentin en Californie, il serait facile de supposer que les spectateurs sont des figurants et qu’ils font  partie d’un terrible coup de buzz. Une chose, aussi, est frappante : il n’y avait pas de réservations pour ces dates lors des ces 2 tournées.


Les Cramps et Johnny Cash ne font pas le même style de musique et ont peu de points communs, cependant, ils ont tiré leur musique de la marginalisation et, ici, ils laissent entendre que nous ne sommes pas si différents de ceux que nous enfermons.

San Quentin

During a 1978 tour, psychobilly punk band The Cramps created one of the strangest moments in the history of both rock n’ roll and psychiatry when they played a gig inside Napa State Mental Hospital. It’s hard to believe it actually happened. The story sounds more like an exaggerated rock legend than an account of a real concert, but no suspension of disbelief is needed. Someone filmed the gig.
As with Johnny Cash’s landmark concert, played a decade earlier in San Quentin Prison, it would be easy to assume that the onlookers are intended to be part of an ironic publicity stunt.
But one thing is striking from both of these shows: the audience wouldn’t have looked out of place at any other date on the tour.
Cash and The Cramps are unlikely bedfellows, but both took their music to the marginalised and hinted that we’re not so different from those we lock away.

Congrès du REV


Vous inscrire dès aujourd’hui au Congrès du REV, c’est vous assurer une place à cet événement unique en France en profitant des tarifs réduits jusqu’à fin septembre…

… mais c’est aussi contribuer à le rendre possible !

Autrement dit : une opportunité de changer votre vie ET par la même occasion d’influencer le contexte dans lequel penser les choses en psychiatrie et au-delà de la psychiatrie…

Cliquez ici pour télécharger le programme officiel…



et là pour vous inscrire… en utilisant le code promo « JVEUXDUREV » pour profiter des tarifs réduits de 40% !

Avec enthousiasme,

Alex et Yann pour le REV France

P.S. : beaucoup d’autres infos (notamment des adresses de lieux d’hébergement) sur le SITE OFFICIEL DU CONGRES congress2020.revfrance.org…

Le 14 septembre, c’est la journée mondiale sur l’entente de voix !

Nous sommes fièr.e.s de vous présenter le programme officiel du Congrès en ce jour symbolique !

(C’était juste, mais on a réussi… !!!)

Association REV France – 42 rue de l’Archer – 45160 St Hilaire St Mesmin

L’idéologie derrière l’évolution des politiques sanitaires

Bonjour, je vous recommande vivement la lecture de l’article ci joint écrit par un psychiatre du Vinatier à Lyon.

Il met bien en évidence le dessous des cartes idéologique des orientations économiques qui pilote les choix thérapeutique et organisationnels des politiques de santé publiques. Bon ma phrase est trop longue, mais l’article, lui est bien écrit !!

Pierre

Emmanuel Venet : « L’abandon de la psychiatrie publique est le fruit d’une volonté plutôt que d’une impuissance politique »

Lundi 14 septembre 2020 – Journée mondiale de l’Entente de voix

à 13h30 Groupe de parole thématique pour les entendeurs à la MDA, 6 rue Berthe de Boissieux, Grenoble (facilité par Adriana et Pierre-Louis).

à 19h30 La Forêt de mon père, avec Ludivine Sagnier et Alban Lenoir, est un film très personnel de Vero Cratzborn. Celle qui dit avoir « grandi dans la folie de son père » aborde le thème douloureux du trouble psychique et de ses conséquences sur le cercle familial.

Le REV de Grenoble et la Ligue des Droits de l’Homme organisent une projection du film ce lundi 14 septembre à 19h30 au Cinéma LA NEF 18 Boulevard Edouard Rey, 38000 Grenoble.

Cette Projection sera suivie d’une conférence-débat avec Vero Cratzborn, le REV de Grenoble et la Ligue des Droits de l’Homme.

Entretien en forêt de Vero Cratzborn pour le site «  Comme des fous  » où, à 09:30, elle évoque le REV-Grenoble.

« Faciliter » un groupe d’entraide du REV France, l’expérience de Montpellier

Voici un article intéressant disponible ici

Le résumé:

Le REV France est né en 2011. Ses objectifs ? Contribuer à l’acceptation sociale des voix et autres perceptions sensorielles sortant de l’ordinaire, qu’il considère comme des expériences faisant partie de la diversité des expériences humaines et potentiellement porteuses de sens plutôt que comme des symptômes psychiatriques. Des chemins personnels existent pour apprendre à composer avec ces expériences, se dégager d’une identité de malade pour développer une identité positive de personne qui entend des voix ou vit d’autres perceptions ou sensations inhabituelles (Dillon et Horstein, 2013). L’Association diffuse ce message d’espoir à travers des conférences publiques, des formations, des rassemblements et en soutenant la création de groupes de parole. Ces espaces offrent différentes possibilités aux entendeurs de voix de sortir de leur isolement, de partager leurs expériences, de retrouver l’espoir d’une vie digne d’être vécue, de s’engager dans un processus de rétablissement personnel.

Recherche : Un simulateur pour entendre des voix

http://www.psycom.org/Actualites/Comment-agir/Recherche-Un-simulateur-pour-entendre-des-voix

 

Un projet mené par l’université du Québec à Montréal (Uqam) vise à recréer artificiellement l’expérience des personnes qui entendent des voix. Ce simulateur est destiné aux étudiants en psychiatrie, pour les aider à mieux comprendre leurs patients.

Comment les gens entendent-ils ces voix venues du cerveau? Que disent-elles? Comment les décrire? Est-ce que ce sont des voix aiguës ou des chuchotements?

Le projet pilote LOVE (pour Listen to Our Voices Experiment) mené par l’Université du Québec à Montréal (Uqam) regroupe, entre autres, un chercheur en neurosciences spécialiste de la schizophrénie, un psychiatre clinicien, un ingénieur spécialisé en acoustique et un artiste-chercheur en audio immersif, le professeur de l’École des arts visuels et médiatiques Philippe-Aubert Gauthier. Le projet pilote, qui vise à recréer l’expérience d’entente de voix au moyen d’un simulateur sonore 3D, a pour objectif de produire une œuvre sonore immersive afin d’aider les résidents (les internes) en psychiatrie à améliorer leurs pratiques et à mieux comprendre les patients qui entendent des voix.

Lire le communiqué sur le site de l’Université canadienne Uqam